Le Salon du livre de Sherbrooke

Vous voulez m’entendre, conter, jouer, chanter. Je suis en prestation sur la petite scène Dire Lire l’Estrie jeudi le 12, vendredi le 13 et samedi le 14 octobre, à 15 heures, 17 heures et 19 heures. Chansons, contes, alliage trompette chants et récits! 9 Prestations d’une heure, 9 prestations différentes. Contes antillais, bretons, récit de vies, contes traditionnels, je revisite mon sac à malice. Re-visitez moi et venez visionner la bande annonce de mon documentaire Territoire Iskueu Territoire femme, au kioske Dire Lire où je serai en séance de signature de mes 8 livres de contes à colorier, à 16 heures et 18 heures jeudi et samedi, 16 heures seulement vendredi parce qu’à 18 heures il y a l’événement Bulles et chocolat, un événement où les titres des auteur(e)s de l’Estrie publiés cette année sont présentés au public. J’ai présenterai mes 4 titres publié cette année: Les filles du jardinier, Mlle Maïotte Dauphite, fine fleur de Martinique, La sorcière du Mont Orford et mon dernier né: Le monstre du Lac Orford! Cette année, je squatte le Salon 🙂

Mademoiselle Maïotte Dauphite Fine fleur de Martinique

Un nouveau recueil de conte relatant la vie et les réalisations de mademoiselle Maïotte Dauphite, fine fleur de Martinique, disponible ici même, au coût de 15 euros, taxes et frais de poste compris, pour mes lectrices et lecteurs en Martinique.                           Commande par courriel: amarante888@yahoo.ca

Disponible sous peu au Québec, dès mon retour de Martinique,Conte à colorier Couverture Fine fleur de Martinique début juillet.

claudehamelconteuse.files.wordpress.com/…/conte-c3a0-colorier-couverture-fine-fleur-de-martinique1.pdfConte à colorier Couverture Fine fleur de Martinique_001

Quatrièeme de couverture..

Quatrième de couverture Maïotte Dauphite Fine Fleur de Martinique

Des nouvelles

Il y a longtemps que je n’ai pas écrit, c’est sans doute parce que j’écris! Et monte. Et dessine. Je prépare quatre autres livres de contes à colorier. Et je monte un film, Ishkueuat, un long métrage qui donne la parole à des femmes des premières nations. Que des femmes à l’écran qui racontent leur vie, la vie de leur communauté, le territoire. Des femmes de tous âges, Joséphine, Kathia, Émilie, Marie-Andrée, Aliss, Telesh, Natasha, Virginia, Viviane et quelques autres, environ 1,500 femmes en tout! Je dessine certaines scènes sur mon tambour. Je fais un peu d’animation, image par image, j’ai filmé la lune de novembre pour illustrer un poème, les feuilles, cet automne, pour illustrer la montée en territoire, je vais filmer une scène sous la neige bientôt pour illustrer la passation du pouvoir père-fille. Je compte avoir un premier assemblage en janvier, le montrer à Joséphine pour avoir son regard et à Lucie aussi pour avoir son avis. D’ici là, je monte des segments de chaque dame et je leur montre pour approbation et signature de permission d’utiliser. C’est pour bientôt Aliss, ma belle Aliss, je travaille l’histoire de Touk et Pesch. C’est pour bientôt Telesh, chère Telesh, je monte ce récit de ton grand-père chaman et de ta longue quête pour avoir toi aussi un tambour.J’ai déjà montré à Virginia son segment, son histoire d’ourse. Elle a bien rigolé! À travers tout ça j’ai suivi un atelier sur la direction d’acteur avec Léa Pool le week-end dernier. Magistral et instructif. Je saurai  maintenant  comment tourner des scènes de reconstitution. Bon, je retourne travailler, Final Cut me revoici!

Gracias a la vida.

 

Une chanson de Violeta Parra, diffusée mondialement par Mercédès Sosa.Un coup de coeur, que j’ai interprété sur mon premier cd,  »Entre la chair et l’écorce » en 2002 et qui revient dans ma vie, avec ce conte afro-cubain enseigné par la majestueuse Coralia Rodriguez. Tant d’amour, ça donne des ailes! Au Festival de Contes et légendes en Abitibi Témiscamingue, en mai dernier. Voici le conte que j’ai interprété:  »En parlant d’astronomie ».

Passer de la triskaïdekaphobie à la triskaïdekaphilie…

Passer de la peur de … à l’amour de… Voici un petit montage de quatre minutes qui nous fait survoler le magnifique Festival de de contes et légendes en Abitibi-Témiscamingue qui a eu lieu en mai dernier La 13 ième édition à laquelle je suis fière d’avoir été invitée.J’ai conté à l’école Le Transit, trois fois plutôt qu’une,  présenté un conte au Ciné Conté au Capitol, conté quatre fois plutôt qu’une, à la Salle des Ainé(e)s, conté en duo avec Patrick Courtois à la Bibilothèque d’Amos, ma ville natale, une grand première et j’ai fini ma semaine en contant à la Cité de l’Or lors de la Balade Contée. Sans oublier de suivre une formation  extraordinaire de deux jours intenses avec la grande conteuse afro-cubaine Coralia Rodriguez. Et de filmer, tout, tout partout, chaque jour, du 24 au 29 mai. J’r’commencerais demain matin!

 

L’Extrac-ti-vice

Le collectif PASC   www.PASC.ca  était présent au Festival Atalukan. Quatre filles, de l’accordéon, du théâtre. Le Projet Accompagnement Solidarité Colombie est un collectif basé sur une territoire de l’île de la Grande Tortue nommé Canada. Né de la rencontre d’activistes lors des mobilisations contre la Zone de libre échange des Amériques, le PASC s’est donné comme mission d’articuler une solidarité directe entre mouvements de résistance du Sud et du Nord sur des bases internationalistes et anticoloniales. Depuis 2003, le PASC réalise de l’accompagnement auprès des communautés paysannes, autochtones et afrodescendantes, d’organisations sociales et syndicales et de prisonniers  et prisonnières politiques. Le PASC se fait le porte-parole de mouvements sociaux colombiens tout en dénonçant les intérêts canadiens impliqués dans le conflit social et armé en Colombie.

Des femmes déterminées, engagées, intelligentes et percutantes.