Les livres de contes à colorier

LES CONTES À COLORIER

Mes huit livres de contes à colorier sont maintenant tous disponibles sur ma page ClaudeHamelConteuse sur le site de vente en ligne ETSY

 

Une série de contes des Éditions des mille et une vies, inspirés des légendes de la Savonnerie des diligences, disponibles à la boutique ou sur demande dans un des 120 points de vente de la savonnerie ou par la poste, par l,entremise de claudehamelconteuse sur ETSY

Le premier La Mandragonne est paru le 30 janvier 2016.

Madame Tignasse fut lancé La Journée Mondiale du conte, le 20 mars 2016 dont le thème cette année était Strong Women, Femmes Fortes!

A suivi le 26 avril,  Alice au pays des mères qui veillent

Et lancé à l’occasion de la fête nationale le 24 juin 2016, un nouveau titre, Le loup rouge, inspiré des événements de 1837.

Tous mes contes sont illustrés en couverture d’une toile inédite du peintre Léo H Paquin.

La révisions des textes fut effectuéesavec grande diligence et gentillesse par Madame Denise Bilodeau, assistante à la correction.

Quatre livres de contes à colorier se sont ajoutés en 2017, corrigés cette fois par la conteuse Nadyne Bédard.

 

Conte à colorier Couverture La sorcière du Mont Orford

Morane, la sorcière du Mont Orford a 888 ans. Elle a vécu au château d’Orford, auprès de la reine Aliénor d’Aquitaine avant de  parcourir le monde et de découvrir le Mont Orford où elle s’est installée pour veiller sur les elfes de la rivière Missisquoi, avec son chat Minet. Un conte d’aventure, une histoire originale crée par la conteuse Claude Hamel qui nous fait découvrir la vie d’une gentille sorcière et l’origine du nom du Mont Orford. Un récit qui reprend des éléments réels de la vie de la grande Aliénor d’Aquitaine, mariée à Louis VII, roi de France puis à Henri II, roi d’Angleterre. Aliénor d’Aquitaine connut un grand destin, fut mère de Blanche de Castille qui devint reine de France et de Richard Coeur de Lion et Jean Sans Terre qui furent rois d’Angleterre.

 

 

Conte à colorier Couverture Orphie - Copie_001

Orphie, le monstre du lac Orford,  a vu sa mère transformée en muraille de pierre lors d’un terrible orage où la foudre est tomée sur sa pauvre mère par trois fois. Son père Atosis, cousin de Memphré, le monstre du lac Memphrémagog, est incapable d’emprunter le couloir submergé menant du Lac Memphrémagog au lac Orford pour aller voir Orphie. Orphie se console en écoutant chanter ses amies Abénaquises jusqu’au jour où, ayant subi la quasi destruction de leur village, village aujourd’hui appelé Odanak, elles quittent la région et vont s’installer plus au sud. Orphie qui s’ennuie dans le lac Orford, finit par retrouver le passage le menant à son père lors d’une plongée sous les eaux de son lac.             Une plongée effectuée alors qu’Orphie tentait d’attraper un orignal qui venait d’y tomber, frappé par le train empruntant l’ancien chemin des diligences. Un conte alliant fiction et faits historiques réels.

Conte à colorier Couverture Fine fleur de Martinique

Pour les amoureux des Antilles, un récit de vie émouvant racontant le parcours atypique d’une grande dame de la Martinique, Mlle Maïotte Dauphite. Organisatrice de grands événements culturels, artisane, auteure de livres portant sur la culture martiniquaise, enseignante, battante, femme de tête ayant tenu à bout de bras un musée dédié au peintre Paul Gauguin. Un destin intriguant et multiple, à découvrir. Un conte biographique historique.

Couverture Les filles du jardinier

Le livre Les filles du jardinier présente quatre contes. L’héritage de George. La légende de la mine hantée. Les filles du jardinier. Andréanne et les cones volants. Quatre contes inspirés de contes esquissés lors de quatre ateliers d’écriture de contes réalisés en 2016 auprès de quatre groupes de l’École Secondaire Le Transit de Val d’Or. Des ateliers présenté lors de la 13 ième édition du Festival de contes et légendes de l’Abitibi Témiscamingue auquel la conteuse participe depuis plusieurs années.

 

COUVERTURE MANDRAGONNE 27 01 16 2 avec renard (2) Yvonne + grande

Clara, la gardienne du feu, lève les yeux au ciel et aperçoit un étrange animal survolant la savonnerie : un dragon?  Sur le dos de l’animal, de petits animaux minuscules la regardent. Et un gnome tient bien serré un énorme sac de jute. Des flammes sortent des naseaux de l’animal et illuminent le ciel à chaque battement d’ailes. Clara part à leur poursuite, courant dans la forêt, curieuse de les voir de plus près. Elle arrive vite aux abords de la clairière où ils se sont posés. Cachée dans les buissons, elle peut les détailler tout à son aise. La peau du cheval du ciel est couverte d’écailles, sa tête est un foisonnement de feuilles vertes : « La Mandragonne…murmure Clara, depuis le temps que j’en entends parler à Bolton Forest, mi-animale mi-végétale, corps de dragonne, tête de mandragore. » La Mandragonne boit goulûment l’eau du ruisseau de l’Ambre tandis que le gnome ouvre le sac de jute et en examine le contenu. Clara sursaute : « Oh! C’est la cloche de l’église Saint-Étienne! » Marie Joseph Antoine Édouard,   les lettres gravées, finement ciselées, brillent sous la lune. Le gnome Albert soulève une toile rugueuse et dévoile une multitude d’autres objets, tous en métal. Tout joyeux, il s’exclame : « Il ne me manque que le chaudron mes amies, que le chaudron de la savonnerie! Il faut trouver le moyen d’éloigner la gardienne du feu pour s’en emparer. » Les êtres auxquels le gnome s’adresse sont tout aussi étranges que la Mandragonne….

 

Conte à colorier Couverture Madame TignasseConte à colorier Couverture Madame Tignasse

…Madame Tignasse regarde le patron avec stupeur.

Le patron du Silver Valley Hotel, à qui, pour rassembler cette somme, le matin même, elle a vendu sa diligence, ne gardant pour elle que ses quatre chevaux. « Ma diligence?  Le patron fait signe que non, pas de retour possible.

Vendu, c’est vendu. De toute façon, je ne l’ai plus, je l’ai déjà revendue, à un cousin de George Bonnallie. Si tu veux vendre tes chevaux… »  Madame Tignasse sort prendre l’air, désemparée. Machinalement, elle va récupérer ses bas rouges, frais lavés, mis à sécher. À leur vue, elle est déconcertée, ses bas rouges sont maintenant très, très, très longs. « On a mis des pierres dans mes bas? » Elle se précipite pour les décrocher, et à sa grande surprise, il s’en échappe plutôt tout plein de pièces de monnaie, mêlées à des coquillages et à une jolie plume qui voltige, avant de se poser sur son pied. Madame Tignasse fait le tri et compte :

« Il y a là exactement la même somme que celle que j’ai offerte aux héritiers de monsieur Digne ce matin! » …

 

Alice au pays des mères qui veillentConte à colorier Couverture Alice

…N’y tenant plus, Alice met son chapeau de paille et sort faire un tour. Ça lui prend de la vie autour d’elle et, au village aujourd’hui, il y a plein d’activités car les dixièmes Correspondances d’Eastman sont en cours. De son beau pas lent et mesuré elle se dirige vers la bibliothèque où se tient une exposition intéressante à voir. Voyons, qu’est-ce que c’est? Cette année, le thème du festival est : Une rencontre inespérée. Ah! S’il y a une rencontre qui soit pour moi la moins espérée, c’est bien celle de la grande faucheuse! À la bibliothèque, son regard tombe sur des cahiers d’écoliers ouverts sur les tables, c’est l’exposition En marge des cahiers! Elle circule entre les tables, examine les beaux cahiers anciens qui s’offrent à ses yeux. Ils lui rappellent tous ceux qu’elle a elle-même remplis. La collection de cahiers d’écoliers de M. Mérou lui remémore tous les devoirs et tous les bulletins qu’elle a lus avec tant d’attention. Et signés de sa main. Les anges que la maîtresse collait à côté des travaux bien faits… Soudain, Alice se rappelle son rêve de la nuit précédente. Jean-Charles, sa belle lettre!                                                                                     La plus belle lettre d’amour qu’elle n’ait jamais reçue, intitulée : Les cent raisons pour lesquelles je t’aime…

 

Le loup rougeCOUVERTURE Loup

Rue Du Sang, le 4 octobre 1837, Ti-Loup lit l’Adresse des Fils de la Liberté aux jeunes gens des colonies de l’Amérique du Nord. Ce mois-là, les événements s’enchaînent. Malgré l’interdit de tenir des assemblées publiques, les patriotes s’assemblent les 23 et 24 octobre à Saint-Charles-sur-Richelieu. L’Assemblée des six comtés est la plus grande de toutes les assemblées tenues cette année-là. Cinq mille personnes viennent entendre les chefs.         Il est résolu de boycotter les produits importés d’Angleterre. Les marchands et le gouverneur se servent directement dans la caisse sans même justifier les dépenses auprès des payeurs de taxes ? Alors, vidons la caisse ! N’achetons plus rien !

Ne buvons plus que de l’alcool distillé au pays,  les femmes tisseront de grosses étoffes du pays dont nous nous vêtirons, et les Anglais ne percevront plus de taxes, car nous n’achèterons plus de produits anglais.