Quatre contes historiques de création

Deux contes relatant la vie d’une femme métisse,             sang-mêlée, en Nouvelle-France. Et deux contes traitant de l’histoire des femmes de la Martinique.

Contes pour tous.

1.Le bleu miroir des âges

Promenade en Nouvelle-France, conte et chansons.

Revivre les premiers jours de la colonie, l’arrivée des engagés français, en simples sabots de bois et en minces habits de draps. L’accueil des premiers peuples, le métissage, la survie, les longs voyages en canots au fil de l’eau, l’exode, l’exil, la traite des fourrures.   La magie des forêts dont les ressources semblent inépuisables. Une histoire d’amour de courage et de savoir-vivre inné. Deux décennies de la vie de Rose-Marie Rose Rose, métisse, sang-mêlé, de sa naissance à la rencontre avec Laurent, leur mariage à la gaumine et la fuite en avant sur le Saint-Laurent. Envoyons d’l’avant nos gens, envoyons d’l’avant! Onze canots ou l’on voyage deux par deux, les bagages au milieu!

Un récit d’aventure métissant faits historiques et personnages imaginaires. 45 minutes.

 2.La descente des femmes

Les aventures de Rose marie-Rose Rose, métisse et sang-mêlé, née en l’an 1626.

Vie et mort en Nouvelle-France, un conte et des chansons.

En 1646, Rose affronte seule l’automne ou tout flamboie et survit à l’hiver sans merci.

Un épisode de la vie de Rose-Marie Rose Rose au milieu des éléments déchaînés, un conte d’eau et de feu. La longue remontée du majestueux Saguenay, cueillettes, chasse, trappe et traque, affrontements, tempête et retour en contrée natale.

Un conte pour tous de la conteuse aux mille chapeaux

Terroir et territoire métissés serrés. 45 minutes.

Deux contes traitant de l’histoire des femmes de la Martinique.

 

Tout cela a commencé par une invitation à représenter le Québec au Festival Contes et musique dans la Cité à Fort de France, Martinique, lors de la 8 sème édition de ce festival en octobre 2014. Une expérience fabuleuse de contes et de rencontres dans les communes, qui a duré 8 jours pleins. J’ai conté ou chanté tous les jours, dans de très grandes et petites salles, à la mythique bibliothèque Schoelcher, (dessinée par Gustave Eiffel) dans des écoles, chez l’habitant, partout, pur bonheur! J’y ai rencontré des femmes fortes, extraordinaires comme toutes les femmes de Martinique que j’ai croisé! Et tout s’est enchaîné. En Martinique, j’ai oui créé et présenté une Balade contée sur les lieux ou a peint Paul Gauguin, premier peintre à avoir peint les femmes noires dans des attitudes ou elles disposaient de leur libre arbitre et n’étaient ni servantes ni esclaves ni subalternes, toiles présentés en 1889 au café Volpini, tenue à l’ombre de la tour Eiffel (!) de l’exposition universelle, dans une France en pleine expansion colonialiste en Afrique. En Martinique, j’ai aussi écrit et présenté un conte biographique sur une grande Dame de là-bas, Maiotte Dauphite, un conte intitulé Fines Fleurs de Martinique, (en référence à toutes les femmes qu’elle a formé) et j’ai, également inspirée par tout ce que j’ai découvert grâce à Mlle Dauphine, écrit et présenté un autre conte, La Dame de pierre de Saint Pierre qui présente plusieurs des femmes aux métiers traditionnels qui ont ciselé la Martinique d’antan. Et donné des ateliers alliant création de contes et modelage de personnages issus de contes, en terre glaise, tout cela dans la dernière année en collaboration avec Le Centre Patrimonial Paul Gauguin. Et j’ai participé là-bas à quelques émissions de télé, grâce aussi à ma chère doudou Mme Lili Ho Hio Hen, amie de Maiotte Dauphite. Voici l’une d’entre elle.

3.La Dame de pierre de Saint-Pierre

Conte au Déjeuner_001La Dame de pierre de Saint-Pierre_001

La Dame de pierre vit à Saint-Pierre le petit Paris des Antilles avant sa destruction en 1902. Née à Grand’Case, Martinique en 1826, elle est disparue comme 26,000 autres Saint-Pierrrois, le 8 mai 1902.

Témoin de son époque changeante, libre de couleur mais non de cœur, la Dame a aimé,  vécu et  survécu. Aux outrages du temps, aux ouragans, aux premières éruptions.

Toujours présente à Saint-Pierre, la Dame de pierre distille dans le murmure du vent le récit de sa vie mouvementée.

Conte et raconte la vie à Saint-Pierre au quotidien, les fêtes, les chansons et traditions d’une ville dont les échos lointains nous parviennent de par sa suave racontance.

Cœur de pierre, Dame de pierre, destins croisés.

De Grand’Case au Prêcheur, de Rivière Blanche à l’Anse Turin, la Dame de pierre de Saint Pierre donne une voix aux âmes perdues.

Marchandes, lavandières, trente six métiers trente six misères, les femmes d’hier revivent sur le Morne d’Orange, chante leurs vies trop vite passées, arpentent le chemin de l’oubli.

4.Fine fleur de Martinique Maïotte Dauphite

Un conte née de la fascination qu’exerce sur moi  Mademoiselle Maiotte Dauphite, une grande dame de Martinique. Un conte de bonne fée ayant enseigné, ouvert un musée, fasconné la vie culturelle Martiniquaise par ses écrits, ses réalisations, son audace et sa ténacité légendaire.  À découvrir ici, une entrevue de KMT Télévision, tournée à Fort de France. En compagnie de trois dames l’ayant bien connue, je partage ma passion pour Mademoiselle Maïotte Dauphite.